PageVisit
top of page

8 tatouages méditerranéens et leur signification

Depuis l’Antiquité, les femmes se sont tatouées en Méditerranée. Sur leur visage, leur cou, leurs bras, leurs jambes, elles ont gravé des motifs dont la signification a longtemps été transmise à l'oral, de génération en génération. Aujourd'hui, cette pratique est en train de disparaître et les ouvrages qui documentent le sujet sont très rares et difficiles d'accès. Avec Taszuri, nous avons voulu perpétuer la signification de ces symboles en les mettant à l'honneur sur nos créations et en racontant leur histoire à travers notre propre livre "Méditerranéennes".


Amazighes, Égyptiennes, Kurdes, Thraces, Croates...je vous parle aujourd'hui de huit tatouages que ces femmes ont porté à travers le temps et de leur signification !



Le tatouage féminin en Méditerranée : une histoire oubliée


Des villages kabyles aux montagnes du Caucase, du désert saharien aux rives fructueuses du Nil, des femmes ont fait avancer l’Histoire pendant des millénaires. Piliers de leur société, elles ont travaillé, transmis, enfanté, résisté. Elles ont été essentielles à leur communauté, respectées et faisaient preuve d'une liberté souvent insoupçonnée. Pourtant, l'Histoire n'a presque rien retenu de leur histoire. Si on sait peut de choses des femmes dans l'Histoire de manière générale, on ne sait presque rien des femmes méditerranéennes, restées dans l'ombre.


Dans notre livre "Méditerranéennes", nous avons creusé et approfondi le sujet pour en savoir davange. Un point commun inattendu nous a frappées : les femmes méditerranéennes ont, de tout temps, pratiqué le tatouage ; certaines, 3000 ans avant notre ère, d'autres il y a seulement 50 ans.

Au fil de nos recherches, nous avons identifié 5 peuples de femmes : Amazighes du Nord, Touarègues, Égyptiennes, Kurdes, Thraces... toutes se sont tatouées des motifs dont la ressemblance est aussi frappante que riche de différences.


Nommé deq chez les Kurdes, sicanje ou bocanje chez les Croates et les Bosniaques, ticraḍ chez les Amazighs… Le tatouage n’a pas toujours le même statut : il peut être valorisé ou interdit, répandu dans toutes les classes sociales ou réservé aux esclaves et aux prisonniers ou encore fait par coutume, par volonté d’esthétique ou comme moyen d’expression…


Gardiennes d'un patrimoine oral riche, transmis le plus souvent de mère en fille, les femmes utilisaient également les symboles pour véhiculer leur histoire.


Dans cet article, j'ai répertorié 8 tatouages féminins pratiqués en Méditerranée. Et si vous souhaitez en savoir davange sur l'histoire de ces femmes et de leurs tatouages, tous les détails sur notre livre se trouvent ici.


#1 La main amazighe

Qui ne connait pas la main de Fatma, appelée aussi Khamsa ? On la retrouve dans de nombreux bijoux, dessins, tableaux,... La main amazighe est ressemblante mais différente. Son origine n'est pas du tout la même puisque bien plus ancienne que la main de Fatma ! La première fois que j'ai découvert ce symbole, c'était dans un livre de Jean-Bernard Moreau. On le retrouve maintenant dans nos deux livres "Les femmes vont, et les tatouages racontent" et "Méditerranéennes".



#2 Le scorpion amazigh

Les femmes amazighes utilisaient très souvent des symboles qui représentaient leur environnement et la nature qui les entourait. Le scorpion en faisait partie, selon les régions, notamment dans les Aurès ou dans le Moyen-Atlas. C'est un symbole qu'on retrouve souvent, décliné dans plusieurs variantes de dessin. On en présente quelques variétés dans notre livre "Méditerranéennes".



#3 L'œil Oudjat égyptien

En Égypte antique, pendant longtemps, on ignorait si le tatouage était réellement pratiqué dans la société : de nombreuses statuettes avaient été découvertes avec le corps décoré de lignes et de points, mais on ne pouvait pas savoir avec certitude si ces motifs représentaient de vrais tatouages ou non. Depuis, la découverte de momies tatouées a prouvé l'existence du tatouage égyptien, datant d'environ 1000 ans avant notre Ère.



#4 Le lotus égyptien

Sur les momies retrouvées, le lotus fait partie des tatouages que les chercheurs ont réussi à déceler distinctement.



#5 Le soleil kurde

Les femmes kurdes, avec les femmes amazighes, font partie des derniers peuples à arborer les tatouages. On retrouve encore des femmes âgées dans les villages kurdes qui portent encore des tatouages. L'un des motifs le plus célèbre est celui du soleil, on le retrouve très souvent tatoué sur le front des femmes.



#6 La couronne kurde

La couronne kurde est souvent confondue avec le symbole amazigh de l'étoile qui a exactement la même forme. Les femmes kurdes, pourtant éloignées de plus 4000 km des femmes amazighes se tatouaient des motifs très similaires. On en parle également dans notre livre, dans lequel on a essayé de comprendre d'où venaient les similitudes et comment le tatouage s'était diffusé en Méditerranée.




#7 La gazelle thrace

Vous n'avez probablement jamais entendu parler des thraces. Les Thraces sont un peuple méconnu de l’Antiquité qui a vécu du 3ème millénaire au 2ème siècle avant notre ère : ayant laissé peu de traces, leur mémoire est longtemps restée dans l’ombre, contrairement à celle de leurs voisins grecs du sud. Pourtant, les Thraces, et en particulier les femmes, ont fasciné les Grecs, et nous fascinent aussi aujourd’hui. Comment sait-on que les femmes thraces se sont tatouées, me diriez-vous ? Eh bien, il existe des vestiges archéologiques, notamment des vases et fresques qui représentent les femmes thraces avec les cheveux courts, les bras tatoués. On distingue notamment ce symbole, celui de la gazelle. Incroyable, non ?



#6 L'épi croate

Si on situe géographiquement la civilisation thrace, on s'aperçoit qu'elle n'est pas très éloignée de la région où vivent aujourd'hui les croates et les bosniaques. Aucune certitude quant au lien entre les croates ou les bosniaques et les thraces n'est prouvée mais elle est tout de même suggérée. Si vous vous promenez dans certains villages de la région, vous apercevrez, comme chez les Amazighes ou les Kurdes, que certaines femmes âgées portent encore des tatouages. Leur forme est moins géométrique et les traits sont moins rectilignes, comme c'est le cas de l'épi ici (bien qu'il nous fasse penser au célèbre Yaz amazigh ;))





J'espère que cet article vous a plu ! Si vous avez des questions sur les tatouages méditerranéens, n'hésitez pas à nous le mentionner en commentaire ❤️


Et si vous souhaitez en savoir plus, on vous recommande notre livre "Méditerranéennes" si vous faites des recherches sur l'histoire des femmes tatouées en Méditerranée !


À bientôt !

Rym & Camille



Comments


Taszuri Créations, la marque

Découvrez nos créations déco et lifestyle
qui revisitent l'artisanat

ceramique-taszuri-6.jpg
sacs-hindbag-taszuri_4807.jpg
affiches-photos-taszuri-13.jpg
camille-1986.jpg
taszuri la jungle bijoux-138.jpg